Fleurs

Le commerce des fleurs coupées est une industrie majeure autant dans les pays développés que dans les pays en développement. On estime que le commerce mondial rapporte 100 milliards de dollars par année.

Flower Workers

Les Pays-Bas sont un grand exportateur de fleurs coupées. À lui seul, il détient 55 % du commerce suivi de la Colombie qui détient 18 % du commerce, de l’Équateur (9 %), et du Kenya (6 %). Quoique l’on trouve des fleurs produites dans des serres locales, la plupart des fleurs coupées vendues au Canada sont importées de l’Amérique latine.  

Cette industrie devient de plus en plus importante pour l’économie des pays en développement. Elle apporte des devises étrangères essentielles aux investissements et aux développements économiques. La plupart des fleurs sont produites dans des exploitations agricoles commerciales et procurent des emplois à des millions de travailleurs en plus d’améliorer les conditions de vie de ceux-ci. Prenons en exemple la Colombie où l’exportation des fleurs procure un revenu à 80 000 personnes. Du côté du Kenya, l’industrie de la fleur assure un revenu vital à plus de deux millions de personnes en plus d’être la deuxième source principale de recettes en devises étrangères en provenance du secteur agricole – tout juste après le thé – avec une somme de 250 millions $ par année.

L’industrie de la fleur emploie majoritairement des femmes qui sont pauvres, peu éduquées, et par conséquent de vulnérables travailleuses. Cette industrie a longtemps eu la réputation d’offrir de piètres conditions de travail incluant de bas salaires, des logements surpeuplés ainsi qu’une répression du mouvement syndical. Cependant, les conditions de travail se sont grandement améliorées au cours des dernières années même si certains défis demeurent. On pense par exemple aux travailleurs et à l’environnement qui sont exposés à des pesticides chimiques hautement toxiques, à des fongicides ainsi qu’à des fertilisants.

Fairtrade vise à protéger et à avantager les travailleurs qui œuvrent dans les exploitations horticoles en travaillant de pair avec les exploitations qui sont certifiées. De cette manière, on peut assurer aux employés des conditions de travail décentes ainsi qu’une protection de leurs droits des travailleurs. Ces droits obtenus possèdent une dimension économique, environnementale et sociale et influencent les conditions de travail. Ces droits font en sorte également que la voix et les choix des travailleurs soient amplifiés et consolidés. Une étude récente réalisée par Fairtrade International auprès de trois plantations de fleurs certifiées en Équateur nous éclaire sur la façon dont les travailleurs envisagent leur autonomisation et comment Fairtrade soutient leurs objectifs.

Les ventes certifiées Fairtrade procurent en plus aux travailleurs une prime Fairtrade qui permet d’investir dans des projets de leur choix. Au cours de l’année 2014, on a versé une somme de 8,1 millions $ aux travailleurs des fermes horticoles grâce à cette prime. Cet argent a été investi dans l’éducation, dans l’amélioration des habitations, dans des services financiers et de crédit en plus de permettre la rénovation d’écoles et l’octroi de bourses aux étudiants. 

Nos cultivateurs de Fleurs 

  • Ravine Roses

    Ravine Roses, Kenya

    Ravine Roses fait partie du groupe Karen Roses Limited, une compagnie établit en 1989 par la famille Kotut.