La déclaration de Fairtrade Canada sur l’abolition du travail des enfants et du travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement

SCINPA

Fairtrade Canada félicite le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international pour son plaidoyer écrit d’aujourd’hui en faveur de l’abolition du travail des enfants. Le rapport du Comité permanent s’intitule « Appel à l’action : éliminer toutes les formes de travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement ». Il formule des recommandations concrètes à suivre, dont des mesures législatives, aidant à abolir le travail des enfants et le travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement.

L’esclavage moderne affecte environ 40,3 millions de personnes dans le monde. Parmi celles-ci, plusieurs produisent des biens qui, ultimement, se retrouvent dans des chaînes d’approvisionnement canadiennes; une victime sur 4 de l’esclavage moderne est un enfant. Nous joignons notre voix à celles des autres ONG canadiennes afin d’exhorter le gouvernement du Canada à accélérer le processus de consultation, en convoquant immédiatement une équipe spéciale multipartite pour corriger cette injustice.

« En créant un modèle de Loi sur l’esclavage moderne, le gouvernement canadien peut se positionner comme leader mondial. Compte tenu de la portée et de l’ampleur du problème, nul pays ne peut fermer les yeux devant la réalité de l’esclavage moderne », souligne Julie Francoeur, directrice générale de Fairtrade Canada.  « Le gouvernement doit s’engager à prendre des mesures audacieuses, décisives et immédiates pour lutter contre le travail des enfants et le travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement. »

Pour garantir la prise de mesures concrètes et applicables, cette équipe multipartite doit inclure des représentants de la société civile, des associations syndicales, des investisseurs, des représentants du secteur privé et des représentants des gouvernements. Afin d’examiner les options et les détails relatifs à la législation et à la réglementation, elle doit agir en fonction d’échéanciers et de résultats clairs.

Le commerce équitable, ainsi que d’autres modèles commerciaux qui donnent de bons résultats, démontre qu’il est possible de travailler avec des entreprises, des organisations et des communautés dans le but de réduire et atténuer mondialement la présence d’esclavage moderne, du travail des enfants et de l’exploitation dans les chaînes d’approvisionnement et que cela contribue à améliorer les conditions de vie, en plus de développer davantage de pratiques commerciales durables. À ce jour, Fairtrade Canada collabore avec plus de 200 entreprises canadiennes qui s’engagent à respecter les droits de la personne pour les produits qu’elles offrent au public consommateur canadien.

Le gouvernement du Canada a une obligation morale et éthique de recourir aux recommandations contenues dans ce rapport. C’est-à-dire qu’il ne doit pas SEULEMENT lutter contre le travail des enfants et le travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement canadiennes, mais il doit également contribuer à l’élimination de l’esclavage moderne dans le monde.

L’esclavage moderne – La vérité se trouve dans les chiffres

  • Selon l’OIT, on comptait environ 40,3 millions de personnes victimes d’esclavage moderne en 2016.
  • 1 victime sur 4 d’esclavage moderne est un enfant.
  • 15,4 millions de personnes sont victimes de mariages forcés.
  • Les produits à risques qu’importe le Canada représentent des milliards de dollars *. 

Lire le rapport complet ici: http://www.ourcommons.ca/DocumentViewer/en/42-1/FAAE/report-19 *

*Disponible seulement en anglais.

L'image montre des enfants de membres de la coopérative SCINPA – une coopérative productrice de cacao certifié Fairtrade, située dans le département d’Agboville en Côte d’Ivoire. SCINPA compte 2 500 membres et la majorité de ses exploitations agricoles varie entre 5 et 10 hectares. Récemment, les récoltes des membres de la coopérative ont été gravement touchées par les changements climatiques et par la sécheresse. Ceci n’est pas sans incidence, car le cacao représente 90 % du revenu des membres de la coopérative. La coopérative utilise la prime équitable Fairtrade pour construire des écoles dans le but d’éliminer le travail des enfants dans la région. Photo prise par Sean Hawkey.