8 mars, 2019

Une nouvelle école de leadership renforce la capacité des agricultrices

Mirzaayim Mamatalieva
par Fairtrade International

Le thème de la campagne de la Journée internationale de la femme 2019 est #PourUnMeilleurEquilibre. Une nouvelle initiative, mise sur pied par le Réseau des producteurs Fairtrade de l’Asie et du Pacifique, vise à élargir les opportunités offertes aux femmes et à rétablir l’équilibre entre les sexes dans les communautés agricoles.

L’équilibre entre les sexes est indispensable à la prospérité économique et à celle des communautés. Pourtant, dans de nombreux pays où Fairtrade travaille, les agricultrices gagnent un salaire moindre que celui des hommes et souvent, il leur est impossible de posséder des terres. Aussi, elles doivent lutter pour obtenir des prêts et pour avoir accès à des formations.

La stratégie de Fairtrade pour l’égalité hommes-femmes met l’accent sur la formation afin de renforcer les capacités des femmes au sein des organisations de producteurs. Dans le cadre de cet effort, le Réseau des producteurs Fairtrade de l’Asie et du Pacifique a mis sur pied une nouvelle école de leadership. L’école mise sur l’acquisition de compétences en affaires, ce qui s’avère être un outil puissant pour les femmes. L’école leur fournit des formations pratiques qui touchent la finance, les négociations, la prise de décision en groupe en plus de les sensibiliser à la question de l’égalité entre les sexes. L’école offre également des formations aux hommes qui leur permettent de mieux comprendre les défis auxquels font face les femmes. Ces formations les invitent à devenir eux-mêmes des modèles et à promouvoir l’égalité hommes-femmes dans leurs communautés.

Trente agricultrices et agriculteurs Fairtrade (25 femmes et 5 hommes) issus d’organisations Fairtrade qui voient à la production de coton et de noix de l’Asie centrale ont pris part au tout premier atelier. Dans quelques mois, des écoles similaires ouvriront leurs portes en Indonésie et en Inde, accueillant plus de 100 productrices et producteurs Fairtrade provenant des régions de l’Asie du Sud et de l’Asie du Sud-Est. Il s’agit d’un programme de formation d’une année, comprenant 10 modules avec la capacité d’accueillir 30 étudiantes et étudiants par session.

Mirzaayim Mamatalieva, membre d’une coopérative de productrices et de producteurs de coton biologique au Kirghizstan, compte parmi les premières femmes à fréquenter cette école. « J’avais hâte d’en apprendre davantage en classe sur le sujet de l’égalité hommes-femmes », indique Mirzaayim. « À la naissance, nous avons tous les mêmes droits. C’est pourquoi je crois que les hommes et les femmes peuvent travailler de manière égale. Par conséquent, dans une organisation de productrices et de producteurs, nous devrions nous épauler et nous complémenter. La formation a été très utile. »

École de leadership

Appuyer la participation directe des femmes au plan mondial  

Cette école s’inscrit dans une suite d’initiatives mises en place dans les régions Fairtrade et qui visent à renforcer la place des femmes et à les appuyer afin qu’elles endossent des rôles de leadership. En 2018 en Côte-d’Ivoire, 22 productrices de cacao ont gradué de l’école de leadership, une école organisée par Fairtrade Africa, en partenariat avec les groupes Co-op et Compass du Royaume-Uni et de l’Irlande. Depuis, plusieurs de ces femmes ont été nommées pour siéger au sein de comités, d’autres ont mis en place des comités de femmes dans leurs coopératives et ont entrepris des projets pour améliorer leurs revenus, comme des groupes d’épargne et des projets de diversification. 

À la suite de sa participation à l’école, Yadua Adingra est devenue présidente de la coopérative CAYAT. « En leur expliquant ce que j’avais appris à l’école de leadership pour les femmes, j’ai réussi à convaincre les membres de la coopérative que j’étais la bonne personne pour ce poste », dit-elle.      « Ce n’était pas un problème pour moi de me tenir debout, devant les membres, car j’avais fait des présentations durant ma formation. En tant que présidente, j’ai maintenant la chance de pouvoir poursuivre la formation des femmes et de partager avec elles tous les modules d’apprentissage. »

Cette année, les diplômées codirigeront une seconde école qui accueillera 60 nouvelles participantes, provenant de sept coopératives Fairtrade qui voient à la culture du cacao.

En octobre dernier en Amérique latine, 109 femmes de six organisations de productrices et de producteurs Fairtrade du Guatemala ont complété avec succès l’École guatémaltèque d’autonomisation économique des femmes et de leadership (en anglais seulement). Précédemment à cela, trois écoles ont été tenues au Salvador. Ces écoles ont non seulement apporté des résultats positifs à la centaine de participantes, mais en plus, elles ont mené à la production d’un manuel qui servira à reproduire cette formation dans d’autres pays. La prochaine école aura lieu sous peu en République dominicaine.

« Ma participation à cette école fut une expérience extraordinaire. Les informations présentées m’ont permis d’apprendre, mais plus que cela : j’y ai appris à m’apprécier et à m’aimer telle que je suis », confie Ana Beatriz Ramírez López, membre de la coopérative Ciasfa coffee au Gautémala.

École de leadership

Blogue

Archive