21 janvier, 2019

ODD 8 cible 7 – Supprimer le travail forcé et éliminer le travail des enfants

Un enfant travailleur
par Ian Brown, Fairtrade Canada

Il s’agit d’un moment crucial pour le Canada dans la lutte contre le travail des enfants et l’esclavage moderne. 

Le gouvernement fédéral examine actuellement un rapport qui demande une nouvelle loi qui poussera les entreprises à prendre des mesures préventives afin de surveiller, présenter des rapports et éliminer le recours à l’esclavage moderne et au travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. Le gouvernement prépare une réponse formelle pour déterminer s’il déposera un projet de loi au Canada semblable à celui en place dans de nombreux pays. S’il vous plaît, signez cette pétition pour dire au gouvernement que vous appuyez ces mesures législatives.

L’image ci-dessus montre un enfant travailleur récoltant des grains de café sur une ferme non certifiée Fairtrade, située en El Salvador. Photo prise par Terry Chemij.

Pour catalyser votre appui, nous vous présentons cet article de blogue portant sur l’ODD 8, cible 7, dont l’énoncé est : prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite d’êtres humains, interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats et, d’ici à 2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes. Cet article de blogue s’ajoute à notre série d’articles qui portent sur les Objectifs de développement durable.

La lutte de Fairtrade contre le travail des enfants

Le système mondial Fairtrade se conforme aux normes les plus élevées de l’industrie qui interdisent le travail des enfants et le travail forcé.

Afin d’éviter la violation des droits de la personne, tels que le travail des enfants et le travail forcé, il est essentiel d’aborder les causes premières, souvent complexes, de ces problèmes, notamment la pauvreté systémique et les pratiques d’exploitation du travail imposées depuis longtemps. Pour y parvenir, les normes Fairtrade adoptent une approche globale et centrée sur les enfants.

Les normes édictées pour les organisations de petits producteurs et productrices (installations agricoles de petite taille dédiées à la culture du café et du cacao) et pour la main d’œuvre embauchée (dans le cas de plantations de thé et de bananes) stipulent expressément que :

  • les enfants de moins de 15 ans ne peuvent pas être à l’emploi d’une organisation Fairtrade, de manière directe ou indirecte;
  • les enfants de moins de 18 ans ne peuvent pas faire un travail qui compromet la scolarisation ou le développement social, moral ou physique de la personne;
  • les enfants peuvent participer au travail des fermes familiales, mais uniquement sous des conditions strictes. Le travail doit être adapté à leur âge, fait à l’extérieur des heures d’école ou durant les congés.

Les lignes directrices de Fairtrade en matière de travail des enfants et de travail forcé servent d’étapes opérationnelles que doivent respecter les organisations de producteurs Fairtrade de même que les transformateurs présents au sein de ces opérations. Vous pouvez en apprendre davantage sur ce programme de Fairtrade International ici (disponible seulement en anglais).

La prime équitable Fairtrade, une somme supplémentaire versée en plus du prix Fairtrade pour les produits de base, sert souvent à financer l’éducation et d’autres programmes qui sont profitables pour les enfants. Ici nous voyons Diana Hernadez Bojato qui fréquente une école du Pérou financée par la prime équitable Fairtrade. Photo prise par Linus Hallgren.

Diana Hernadez Bojato

Malgré l’existence de normes, il arrive que des infractions se produisent; toutefois, lorsque c’est le cas, l’intervention de Fairtrade est toujours rapide, transparente et efficace. En 2015, une vérification indépendante a permis de constater que des enfants travaillaient dans des installations agricoles sucrières au Belize. Fairtrade a proposé à l’Association des productrices et des producteurs de canne à sucre du Belize de mettre en place un programme ambitieux visant à identifier et à retirer les enfants déjà engagés dans du travail inacceptable et de mettre en place des mesures à long terme qui réduisent le risque que cela se reproduise. Leurs méthodes novatrices ont eu une incidence sur les politiques du gouvernement national. En effet, en 2017, le ministère du Travail a annoncé de nombreuses mesures pour éliminer le travail des enfants dans le pays. Pour en savoir plus, lisez cet article de blogue (disponible seulement en anglais) rédigé par nos amis de Fairtrade America. 

Aider les entreprises et le public consommateur à faire des choix éclairés 

Ici au pays, Fairtrade Canada aide les entreprises canadiennes à s’approvisionner en produits certifiés Fairtrade qui respectent ces strictes normes. Dans le cas des entreprises de petite et de moyenne taille, la gestion et la surveillance de la chaîne d’approvisionnement peuvent représenter une tâche colossale, voire insurmontable. Malgré cela, plusieurs entreprises canadiennes adhèrent au principe du triple résultat qui consiste à concilier la prospérité économique, le développement social et la durabilité de l’environnement. Les entreprises qui veulent s’assurer de faire preuve de diligence en matière de violation des droits de la personne, dans leur chaîne d’approvisionnement, peuvent opter pour la certification Fairtrade; il s’agit d’une excellente façon pour soutenir leurs objectifs.

Et pour le public consommateur canadien qui s’inquiète d’acheter des produits à haut risque de violation des droits de la personne, il peut rechercher la présence de la marque FAIRTRADE sur les emballages; c’est une façon simple de déterminer que les produits que vous achetez sont issus de chaînes d’approvisionnement éthiques. Nous sommes d’avis que le public consommateur canadien a le droit de prendre des décisions informées quant à la provenance de leurs produits et qui les a produits. Il a le droit également de savoir que ces produits n’ont pas engendré de violation des droits de la personne. Voilà pourquoi la concrétisation de la législation canadienne visant les chaînes d’approvisionnement nous passionne autant.

Posez des gestes au canada pour mettre fin au travail des enfants

Nous faisons entendre notre voix! Fairtrade Canada a comparu devant le Comité FAAE qui a produit le rapport sur la gestion des chaînes d’approvisionnement. À cette occasion, Fairtrade Canada a émis des recommandations qui visent à assurer la diligence raisonnable en matière des droits de la personne.

Notre organisation, accompagnée d’une coalition composée d’ONG telles que Vision mondiale Canada, Unicef Canada et Save the Children Canada, a signé une lettre destinée à des députés clé pour les inciter à promouvoir les pratiques commerciales responsables et les droits de la personne en appuyant la législation en matière de chaîne d’approvisionnement.

Julie Francoeur, directrice générale de Fairtrade Canada, a écrit plusieurs articles sur ce sujet ainsi que sur les aspects d’une législation efficace. Il est possible de lire ses articles parus notamment dans le Toronto Star (disponible seulement en anglais) et dans le Policy Options (disponible seulement en anglais). Ces articles permettent de mieux comprendre ce que nous demandons.

Nous faisons entendre notre voix et nous espérons que vous ferez de même. Votre voix a une incidence sur leur décision – veuillez vous joindre aux milliers de Canadiens et de Canadiennes qui ont signé la pétition qui vise à empêcher le travail des enfants et l’esclavage moderne. Nous vous remercions de cet appui!

La cible 7 n’est que l’une des facettes de l’ODD 8 — plus tard dans l’année, nous vous proposerons un article plus détaillé sur les autres aspects de l’ODD 8.


Blogue

Archive